Dunkerque

Dunkerque

Javascript error before this line

Des nouvelles d'Expressions

Bonjour, 

Sur cette page, vous trouverez l'annonce de notre prochain débat, l'invitation et le compte-rendu du dernier. Nous vous invitons à visiter la page comptes-rendus pour les débats plus anciens. N'hésitez pas à nous écrire pour apporter vos remarques et suggestions. 

deux débats sont actuellement en préparation pour 2018 : l'un portera sur les mutations du travail, l'autre sur le changement climatique. 

Les migrations, débat avec Xavier Emmanuelli

 

Compte-Rendu du débat du 8 novembre 2017 

Notre invité : Xavier Emmanuelli

                 Réflexions sur l’assistance aux réfugiés et aux migrants

                      

Le public était nombreux (plus de 150 personnes) pour entendre Xavier EMMANUELLI, co-fondateur de Médecins Sans Frontières, ancien Secrétaire d’Etat à l’Action Humanitaire d’Urgence, partager ses réflexions sur l’assistance aux réfugiés et aux migrants.

 

« La relation à autrui est très mystérieuse. Depuis bébé on dit « je veux être aimé ». A l’époque de nos anciens, personne n’était exclu. Dans notre vie moderne on devient étranger à l’autre ».

 

Les migrations sont un fait humain : les hommes ont toujours migré : l’homme est un migrant, il n’est pas fait pour rester en place.

Les gens migrent parce qu’il y a des guerres. Certaines n’en finissent pas (Afghanistan, Soudan…) Des profondeurs vient la panique. Les gens veulent vivre.

A un moment de l’histoire, onze millions d’Italiens sont partis, ils n’ont pas été bien accueillis en France, les deux tiers sont revenus : les migrations c’est un balancier : c’est difficile l’exil. En 1940 , tout le monde a pris la route : six millions de Français sont partis vers le sud.

Les gens fuient d’abord dans le pays d’à côté. Au Liban, pays de quatre millions d’habitants, il y a aujourd’hui un million et demi de réfugiés.

Les gens risquent leur vie : depuis 1980 trente mille ont perdu la vie.

 

André Maginot avait construit un  « mur infranchissable »….Guderian a fait le tour : les frontières ne seront jamais étanches : les migrants passeront, question de survie.

Il y a une image formidable de la France au travers le monde : les Français ont inventé le droit d’asile en 1793. (…et la « loi des suspects »…) Et on se comporte petitement… L’Europe est apathique, elle a tout oublié…

 

On a un immense  problème planétaire. Le monde entier est sur les routes. Ce n’est pas une crise, c’est un grand mouvement structurel qui va changer notre civilisation. On ne sait pas le traiter. On a besoin d’autre chose que l’urgence. Cinquante pour cent des migrants sont des mineurs. On n’applique pas le droit (loi de 1945) : nos dispositifs fonctionnent pour un individu, pas pour autant.

 

Accueillons, comme on a su nous accueillir pendant les guerres. La France est déserte, il y a des villages qui meurent. Les migrants sont peut-être une chance. L’Europe est déserte, il y a de la place. De toute façon, un jour il y aura déferlement. Trions. Avec générosité. Alors comment on fait ? On ne pourra prendre tout le monde, mais ce qu’on fait, on le fait bien.

Il y a un génie médical, un tri généreux quand il y a un rein donné pour une greffe et qu’il y a dix malades qui attendent…choix difficile, il n’y a pas de bon choix, mais réfléchir tous ensemble…

 

Il faut penser et avoir une politique. Faire des camps corrects, camps de transit,  il faut renégocier l’accord de Dublin, il faut dire à l’Europe « vous êtes amnésique ».

 

On ne baisse pas les bras : bâtir le monde c’est devant. Accueillons les migrants, ça vaut le coup pour nos enfants, pour le futur.

 

Et lors de l’échange avec le public, Xavier EMMANUELLI précise :

 

Problème des Etats qui n’assurent pas la sécurité de leur population. Vivre en paix chez soi et la découverte du monde : il y a les deux.

L’Occident n’a pas les mains propres. En Afghanistan, on n’a pas installé la démocratie : les gens fuient. On n’a pas terminé le boulot.

Avec une nouvelle population, dois-je abandonner mon mode de vie ? Cela dépend de notre vigueur laïque. Il faut exiger d’appliquer nos lois.

 

Les médias disent les malheurs, et on n’a alors qu’une image négative de la migration qui va changer le monde. Les médias c’est comme une rumeur, une légende, et on en vient à des psychoses fabriquées.

 

 Contrairement à ce qu’on croit, les gens sont accueillants, si on donne un futur.

DEBAT SUR LES MIGRATIONS, 8 NOVEMBRE 2017

 

  DEBAT SUR LES MIGRATIONS, 8 novembre 2017

« Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. (Déclaration universelle des droits de l’homme, 1948, article 13)

 

Si les idées, les marchandises et les finances circulent sans entrave sur la planète, la mobilité des hommes est soumise aux frontières et aux contrôles permanents. Des murs infranchissables entre pays se multiplient.

Fuyant la guerre, les épurations ethniques ou la misère, des millions de réfugiés et de déplacés quittent leur pays en espérant trouver ailleurs une terre pacifique pour eux et leurs enfants, un pays où les droits fondamentaux sont respectés.

Si les migrations ont de tout temps permis le développement social et économique des pays tout en offrant aux nouveaux arrivants des conditions de vie décentes, elles sont aujourd’hui souvent considérées comme des menaces. Dans certains pays d’accueil, une vision souverainiste et sécuritaire s’oppose aux règles élémentaires d’hospitalité et de respect de la dignité.

Au-delà des polémiques, comment s’adapter au phénomène migratoire d’aujourd’hui ?

Comment combattre les exactions et éviter la mort de milliers d’émigrés chaque année ?                       Comment associer l’ensemble des acteurs pour assurer aux migrants la sécurité et des conditions de vie respectueuses de leurs droits et de leur dignité, tout en garantissant un développement équilibré des      territoires ?

Pour en débattre, Expressions a invité le Docteur Xavier Emmanuelli, co-fondateur de Médecins Sans Frontières, Président- fondateur du Samu social international.

 

 

Réflexions sur l’assistance aux réfugiés et aux migrants

Xavier EMMANUELLI

Co-fondateur de Médecins Sans Frontières

Ancien secrétaire d’Etat à l’Action Humanitaire d’Urgence

Soirée débat le mercredi 8 novembre 2017 à 17H30,

 

SALLE 5 DU STUDIO 43, Pôle Marine, Dunkerque

 

                       Nous vous invitons à venir débattre avec nous de ces questions si actuelles pour notre territoire.

 

Histoire de notre association

En 1991, un certain nombre de personnes, venues d’horizons divers, ont créé l’association "Expressions", sous l'impulsion de Marianne Nouveau, présidente, de Philippe Nouveau, de Philippe Cirot et de quelques amis..

       Le premier débat organisé par Expressions avait pour thème:

                                                                    "Pour ou contre le Grand Dunkerque ?"

 

En introduction, la présidente a précisé l’esprit qui animait l’équipe d’Expressions :

    

"Le débat, c’est le refus du simplisme et des idées à l’emporte-pièce, lancées à des fins démagogiques. Débattre, c’est exprimer ses idées et écouter le point de vue des autres.

La liberté d’expression est un droit fondamental, mais elle exige d’être partagée par tous pour pouvoir vraiment porter son nom. Rappelons-nous qu’elle ne s’use que lorsqu’on ne s’en sert pas."

La démocratie est une valeur fragile qui s’essouffle si l’on n’y prend garde. Pour demeurer solide et sécurisante, elle a besoin chaque jour, que les citoyens parlent et communiquent.

Nous espérons qu’Expressions apportera une bouffée d’oxygène au profit de tous".

 

En 20 ans, Expressions a organisé une soixantaine de débats publics à Dunkerque. La plupart étaient consacrés à des questions touchant directement la vie des Dunkerquois (port, industrie, commerce, environnement, santé, pauvreté, logement, urbanisme, école, université, culture, vie associative, accueil des personnes immigrées, etc.) ; d’autres abordaient des thèmes plus larges (presse, intégrisme, justice, réduction du temps de travail, nouveaux modes de vie, Europe, crise, coopérations Nord-Sud, etc.). Même lorsqu’il est fait appel à des personnalités extérieures, il ne s’agit pas d’une conférence mais d’une intervention, qui est toujours suivie d’un débat.

Les débats sont ouverts à tous,

on y rencontre toutes les personnes intéressées par le thème abordé.

Les thèmes sont choisis selon leur actualité et leur intérêt

L'animation est assurée

par des spécialistes,

par des acteurs et des témoins, du Dunkerquois ou d'ailleurs (France et Etranger)

par les membres de l'association.

 

Si vous souhaitez être contacté(e), n'hésitez pas à laisser vos coordonnées sur ce site : vous recevrez des invitations pour nos prochains débats.

débat sur l'université

           

 

 

 

 

           

Depuis plus de deux décennies, l’enseignement supérieur a été confronté à des changements multiples, en Europe plus généralement et en France tout particulièrement. Avec le plan université 2000, la stratégie des pouvoirs publics a été de créer des universités de proximité au titre de la démocratisation de l’enseignement supérieur et de l’aménagement du territoire. Aujourd’hui, on assiste à un mouvement contraire avec la création de pôles universitaires lisibles à l’échelle du monde, favorisés par des mouvements de fusions des universités.

 

Le paysage universitaire français se recompose autour de pôles métropolitains, localisés dans les grandes agglomérations. Offrant une large diversité disciplinaire, ces pôles sont censés disposer d’une masse critique qui leur permet de se rendre lisibles dans un contexte de renforcement de l’esprit de compétition.

 

A travers l’exemple de l’Université du Littoral Côte d’Opale, nous proposons une soirée débat qui interroge le concept d’université de proximité à travers la construction des identités, dans le cadre des transformations qui affectent tant l’enseignement supérieur que les sociétés et leurs territoires.

 

 

Des universités de proximité en quête d’identité,

Quelle place dans l’enseignement supérieur ?

 

Débat public

Bibliothèque universitaire de Dunkerque

Rue de l’Université

 

JEUDI 26 JANVIER 2017, 18H30

 

Le débat sera introduit par des témoignages d’universitaires et d’étudiants.

 

                                                          Avec la participation de :

Carl VETTERS, Vice-Président en charge des relations internationales et de la culture

Agnès NOYER, Vice-Présidente déléguée à la vie de campus et Réussite étudiante

Saad BOUHSINA, Vice-Président délégué, directeur du Centre de Gestion Universitaire de Dunkerque

Corinne KOLINSKY, directrice du Centre d’Innovation Pédagogique

Arnaud CUISSET, enseignant chercheur, directeur du département Physique

Votre avis est important. Nous vous invitons à venir échanger sur ces questions et à diffuser cette invitation.